Salariés et CA

L’association Sciences Citoyennes est dirigée par un Conseil d’administration (CA) composé en 2019 de 30 personnes. Une équipe salariée de 5 personnes est chargée de la mise en oeuvre de projets initiés par le CA qui l’épaule dans sa tâche avec d’autres bénévoles. Le CA a été élu lors de l’Assemblée générale tenue le 6 avril 2019. Les membres du bureau ont été élus par le CA le 24 mai 2019. 

Arnaud Apoteker

Je suis délégué général de l’association Justice Pesticides qui recense toutes les affaires judiciaires concernant les pesticides dans le monde. Scientifique et actif sur les questions d’OGM, de pesticides et plus généralement de protection de l’environnement depuis des décennies, je m’intéresse fortement aux impacts des nouvelles technologies sur notre milieu et à la façon dont s’effectuent les choix de recherche scientifique qui les sous-tendent. Au Conseil d’Administration de Sciences Citoyennes, je contribue aux groupes de travail sur les manipulations du vivant et la géo-ingéniérie. Je fais également le lien entre Sciences Citoyennes et ENSSER, European Network of Scientists for Social and Environmental Responsibility.

Camille Besombes

Médecin spécialiste en maladies infectieuses et tropicales et épidémiologiste de formation, je suis chercheuse en épidémiologie des maladies infectieuses émergentes. Je suis administratrice à Sciences Citoyennes depuis 2018, avec pour principaux points d’entrée dans l’association : les questionnements éthiques liés à la mise en place de la politique d’obligation vaccinale en janvier 2018 en France et l’utilisation des moustiques génétiquement modifiés dans la lutte anti vectorielle en santé humaine dans le monde. La question des choix démocratiques est le point commun à ces deux choix en termes de mesure de santé publique.

Edgar Blaustein

Edgar Blaustein dispose d’une expérience professionnelle dans les politiques énergétiques, notamment en Afrique. Il a un intérêt pour l’articulation entre sciences, sociétés et démocratie.

Catherine Bourgain - Trésorière

C’est en 2003 que j’ai rejoint le Conseil d’Administration de Sciences Citoyennes, à l’époque Fondation Sciences Citoyennes. Alors fraichement recrutée comme chercheuse en génétique humaine à l’Inserm, la militante écolo que je suis depuis plusieurs années déjà, rencontre un collectif divers étonnant et extrêmement porteur. S’y côtoient notamment des chercheurs en « sciences dures » avec une longue expérience de réflexion critique sur les technosciences, des lanceurs d’alerte, des historiens et sociologues des sciences, de jeunes doctorants mais aussi des militants de la confédération paysanne ou de la Crirad. A leurs côtés, je prends peu à peu conscience de la responsabilité des sciences et des techniques dans la situation d’urgence écologique. J’apprends à regarder autrement le métier que j’exerce et les enjeux démocratiques qui y sont associés. Je comprends combien l’objectif que s’est fixé Sciences Citoyennes à sa fondation – « favoriser et prolonger le mouvement actuel de réappropriation citoyenne et démocratique de la science, afin de la mettre au service du bien commun. » – est un enjeu politique majeur en ces temps d’urgence écologique. Alors, à ma modeste mesure, je vais dans les années qui suivent participer aux activités de l’association. Tour à tour secrétaire adjointe, secrétaire, présidente, trésorière, trésorière adjointe, je me suis également impliquée sur la recherche participative, l’alerte et l’expertise, l’organisation de conférences (Dialogues Sciences Planètes en 2007 d’où nous tirerons le livre Labo-Planète avec J. Testart et A. Sinai en 2011) ou encore, sur les questions de modifications du vivant (biologie de synthèse, édition du génome…) En retour, cette activité a eu un impact très fort sur ma pratique personnelle de la recherche, puisque je dirige aujourd’hui un centre de recherche en sciences sociales sur la santé. Il a également suscité et nourri mon engagement dans les débats et controverses publics autour de la génétique. Enfin, c’est aussi pour moi une expérience humaine très riche, celle d’un collectif solide qui a su évoluer et se renouveler sans perdre de sa combativité et de sa créativité.

Pierre Bouvier-Muller

Je suis entrepreneur associatif – en particulier au sein de l’Assemblée Virtuelle qui développe des communs au service des acteurs de la transition. Je participe au développement de logiciels libres basés sur le web sémantique (Linked Data) et accompagne des collectifs qui souhaitent tendre vers une gouvernance partagée. La distribution/décentralisation est au cœur de mon activité : la distribution des données dans les logiciels, la distribution du pouvoir dans les organisations. Je suis ravi de contribuer aux développements de ces axes chez Sciences Citoyennes, et de mettre en lien les activités de Sciences Citoyennes avec les réseaux de la transition dont je fais déjà parti quand c’est pertinent.

François Briens

François Briens, ingénieur spécialisé en énergie et socio-économiste, travaille sur des questions relatives à la transition sociale, énergétique et écologique, et plus particulièrement sur la décroissance. Il s’intéresse notamment aux méthodes prospectives mobilisées autour de ces enjeux et à l’utilisation qui est faite des modèles informatiques dans ce contexte. Au sein de l’association, il se penche (pour le moment) plus particulièrement sur le thème de la recherche participative, et sur le sujet « sciences sans croissance ».

Dominique Cellier - Vice-président

Dominique Cellier, biostatisticien et bioinformaticien, travaille sur le traitement de l’information en génétique moléculaire, la modélisation de la structure et de l’évolution du vivant. Administrateur et membre du bureau de Sciences Citoyennes, soucieux du lien avec le milieu associatif et les mobilisations citoyennes, il a été président de 2016 à 2018. Il s’intéresse dans l’association aux problèmes de démocratie, de responsabilité scientifique, de controverses et d’enjeux pour le bien commun autour des question de l’Intelligence Artificielle, des Big Data et de la géo-ingénierie (modification du climat à grande échelle) en lien avec les mobilisations pour la justice sociale et climatique.

André Cicolella

Premier président de Sciences Citoyennes (alors appelée Fondation Sciences Citoyennes), André Cicolella est président-fondateur du Réseau Environnement Santé.

Vincent Daubin

Vincent Daubin est Directeur de recherche au CNRS au laboratoire de Biométrie et Biologie Évolutive de Lyon, et travaille sur des questions d’évolution du vivant, de co-évolution et de génomique. Depuis une dizaine d’années, il intervient à l’université populaire de Lyon sous une thématique qu’il appelle « Biocritique ». Il travaille aujourd’hui à mettre en place une recherche citoyenne radicale, dans laquelle les citoyens co-construisent la recherche avec les chercheurs, des projets de recherche jusqu’aux expérimentations.

Laurent Dianoux

Eveline Manna

Eveline Manna enseigne à temps plein (PRAG) à l’INSA Lyon, où elle exerce dans plusieurs domaines des Sciences humaines et Cultures ; elle coordonne aussi une filière internationale, Amerinsa (Amérique latine). Elle est membre de Sciences Citoyennes depuis 2008, et du CA depuis mai 2019. Active à Sciences Citoyennes successivement sur les questions de Boutiques de sciences (qui existe en Rhône-Alpes) puis de Lanceurs d’alerte, elle souhaite à présent s’investir plus particulièrement : dans le groupe de travail Sciences (et techniques) sans croissance, pour mettre l’accent sur le possible dans les formations initiales des ingénieur.e.s ; et dans le groupe de travail Démocratie scientifique (et technique) (conventions de citoyens) ; « Ingénieur.e.s engagé.e.s », « éducation populaire »…

Aurélien Féron

Je suis chercheur (post-doctorant) et enseignant (vacataire) en histoire et sociologie des sciences. Au sein de l’association, je me suis intéressé aux questions de manipulation du vivant, et j’interviens actuellement en appui à l’équipe salariée dans une action transversale de « valorisation » des activités des différents groupes de travail de l’association.

Cyril Fiorini

Administrateur de Sciences Citoyennes depuis 2016, Cyril est doctorant contractuel au sein du laboratoire histoire des technosciences en société du Cnam (Paris). Inscrite dans le champ interdisciplinaire Sciences, Technique, Société, sa recherche porte sur les collaborations entre chercheurs et acteurs associatifs dans des processus de co-production de savoirs. Au sein de Sciences Citoyennes, ses implications principales sont consacrées à la recherche participative, aux conventions de citoyens et au festival Sciences en Bobines.

Fabrice Flipo

Depuis le 1er juin 2004, Fabrice Flipo a été Enseignant-Chercheur en Grande Ecole à Télécom École de Management, Institut Mines-Télécom, 9 rue Charles Fourier, 91011 Evry. Il a reçu le grade de Professeur depuis 2017. Il est également habilité à Diriger les Recherches en Lettres et Sciences Sociales, Paris 7 Diderot (2013), membre du CS d’Attac, qualifié aux fonctions de professeur des universités en section 72 du CNU (2014) et qualifié aux fonctions de professeur des universités en section 17 du CNU (2014).

Isabelle Goldringer

Chercheuse à l’INRA dans le domaine de la gestion de la biodiversité cultivée, je conduis depuis plus de 15 ans mes projets avec des approches de recherche participative, ce qui m’a conduit à me rapprocher de Sciences Citoyennes et à m’investir particulièrement dans le groupe de travail « recherche participative ». Les propositions de Sciences Citoyennes ont permis de nombreuses évolutions dans le monde de la recherche notamment sur la reconnaissance des recherches participatives et du rôle des acteurs de la société comme producteurs de connaissances. Ces retombées concrètes me motivent pour continuer à m’impliquer.

Aurore Grandin - Trésorière

Aurore Grandin est étudiante en sciences cognitives. Dans le cadre de ses études, elle se spécialise en cognition sociale et en psychologie de l’environnement. Elle s’intéresse aussi aux applications des sciences cognitives et comportementales aux politiques publiques. Ancienne stagiaire de Sciences Citoyennes, Aurore a participé à l’organisation d’un cycle de colloques sur la recherche responsable. Devenue administratrice de l’association puis trésorière, elle continue à s’intéresser à la responsabilité scientifique, ainsi qu’aux politiques de recherche.

Arthur Hellouin de Menibus

Arthur Hellouin de Ménibus, chercheur en sciences des matériaux pour l’éco-construction, travaille au sein d’une société coopérative d’éco-construction (www.ecopertica.com) et en tant que chercheur indépendant. Son travail porte notamment sur l’étude et la caractérisation de matériaux locaux pour l’éco-construction (terre-crue, chanvre…) , ainsi que sur le développement de mises en œuvre adaptées. L’enjeu est d’identifier des démarches collectives astucieuses pour évaluer la performance des matériaux locaux et tenter de les faire reconnaître officiellement, sans pour autant nécessiter leur standardisation. Administrateur de l’association Sciences Citoyennes depuis 2018, il est plus particulièrement concerné par les questions qui touchent à la recherche participative.

Maryvonne Holzem - Vice-présidente

Maryvonne Holzem, linguiste, travaille à l’université de Rouen. Administratrice depuis 2016, elle est plus particulièrement concernée par l’appropriation des connaissances scientifiques dans les environnements numériques. Elle participe aux travaux de l’association qui, à l’heure de la post-vérité, œuvrent pour démocratiser les connaissances et redonner sens à la pensée critique.

Kévin Jean - Président

Je suis enseignant-chercheur en épidémiologie. Entré à Sciences Citoyennes par la voie environnementale à la fin de mes études, j’en ai rejoint le conseil d’administration en 2014, et j’en suis devenu secrétaire, puis président en 2018. Issu d’une école d’ingénieur, j’étais déçu et frustré de l’absence dans les formations de questionnements autour du rôle des sciences dans la société ou de la responsabilité des chercheurs et ingénieurs. C’est au sein de Sciences Citoyennes que j’ai pu trouver de quoi nourrir ces questionnements et que j’essaie de contribuer à les faire avancer sur la place publique. Mon engagement au sein de l’association et les rencontres que j’ai pu y faire m’invitent continuellement à repenser mes pratiques de recherche et d’enseignement. Au sein de l’association, je participe entre autres à la production d’analyses critiques des promesses associées aux technologies controversées, en particulier celles de la manipulation du vivant (biologie de synthèse, édition et forçage génétique) et du climat (géo-ingénierie). Je suis également impliqué dans la mobilisation pour la justice sociale et climatique.

Yanick Lasica

Yanick Lasica, ingénieur de projets indépendant, travaille à la structuration et la consolidation des filières de l’éco-construction depuis 1998. Administrateur de l’association Sciences Citoyennes depuis 2009, il est plus particulièrement concerné par le tiers-secteur scientifique, le contrôle démocratique de la recherche, les boutiques de sciences et le tissage d’un réseau Sciences Citoyennes ancré dans les régions. Il participe, autant que faire se peut, aux travaux sur la recherche participative, la question des lanceurs d’alerte, le Festival Sciences en Bobines et là où l’association en a besoin.

Bénédicte Lefèbvre

Pascale Moity-Maïzi

Pascale Moity Maizi est anthropologue, Maître de Conférences à Supagro-Montpellier (https://www.supagro.fr), membre de l’UMR GRED (http://www.gred.ird.fr/). La participation des populations agricoles aux projets de développement ou aux programmes de recherche est omniprésente dans ses recherches, menées en Argentine, en Afrique de l’Ouest et en France. Ses interrogations sur la participation sont étroitement liées à celle de la reconnaissance des savoirs et des droits des agriculteurs. Elles s’articulent aussi nécessairement à celle des méthodes et formes d’engagement susceptibles de garantir des collaborations qui répondent aux attentes d’acteurs aux intérêts différents. Administratrice de l’association depuis 2015, elle s’implique dans plusieurs groupes de réflexions, sur la recherche participative, sur les boutiques de sciences, sur le rôle du tiers-veilleur dans la recherche. Elle a contribué à construire la Boutiques des Sciences en Occitanie, animée et hébergée par la MSH-M (https://mshsud.org/plateformes-services/boutique-des-sciences).

Elena Pasca

Elena Pasca est philosophe sociale, germaniste, administratrice de Sciences Citoyennes depuis 2009. Outre ses essais sur divers thématiques, elle a fondé une association de victimes des agonistes GnRH et tient le blog Pharmacritique. Dans plus de 780 articles, elle fait de l’expertise citoyenne, lance des alertes sur des sujets santé et médico-pharmaceutiques, éthique, conflits d’intérêts, lobbying, stratégies de désinformation. Elle a souvent été interviewée et auditionnée, aussi au nom de Sciences Citoyennes, par des institutions sanitaires et politiques, a participé à des débats, colloques, conférences, a fait partie d’organisations et de groupes de travail. Lanceur d’alerte sur la marchandisation de l’endométriose et ses mauvais traitements, sur les vaccins antigrippe AH1N1 et Gardasil, Elena Pasca a aussi fait connaître le dispositif US de transparence Sunshine Act, base de la loi Bertrand de 2011, etc.

Benjamin Raimbault

Ingénieur agronome de formation, je suis aujourd’hui chercheur en sociologie des sciences et des techniques au laboratoire CERMES3. J’ai d’abord travaillé sur l’émergence de la biologie synthétique en France et aux Etats-Unis avant de me pencher aujourd’hui sur le développement et les usages des biotechnologies dans la reconfiguration de l’industrie chimique. Je suis tout particulièrement intéressé par la mobilisation et la manipulation du vivant dans les dynamiques entre technosciences et industries. Mon engagement auprès de Sciences Citoyennes est motivé par la volonté de montrer en quoi les sciences et les techniques sont des objets politiques et sociaux qui concernent l’ensemble des citoyens. A cet égard, il me semble très important de faire vivre un regard distancié et/ou critique sur la place des sciences dans nos sociétés, notamment au sein des universités et des grandes écoles.

Jérôme Santolini - Secrétaire

Administrateur depuis 2018, je suis chercheur en Biologie, entre Paris et Bordeaux. Convaincu que la connaissance est un bien commun et de la nécessité de remettre la Science en démocratie, je m’intéresse dans ce cadre aux thèmes ayant trait aux politiques de recherche et à la réflexivité/responsabilité des chercheurs. Je suis particulièrement les dossiers sur la manipulation du vivant, la santé environnementale, Big-Pharma, le Lobbying et la fabrique de l’ignorance.

Ismaël Sène

Ismaël Sène est consultant indépendant au service des territoires et des mouvements citoyens. Docteur ès Sciences de Gestion, ses activités de conseil, de formation et de recherche participative, accompagnent la création et le développement d’organisations d’intérêt public, pour la défense des biens communs. Il est également administrateur de la Coop des Communs.

Nathalie Seyssel Valtorta

Nathalie Seyssel – Valtorta, de formation scientifique, travaille depuis de nombreuses années dans des secteurs professionnels qui ne sont pas en rapport avec sa formation. Parallèlement à son activité salariée, elle suit les évolutions réalisées dans le domaine scientifique en étant, entre autre, administratrice de l’association Sciences Citoyennes depuis 2016. Elle écrit également des romans et de courts textes avec, toujours en filigrane, les possibles conséquences sur la société de certains développements scientifiques, avec l’objectif d’intéresser des non scientifiques à ces questions.

Jacques Testart - Président d'honneur

Critique de la technoscience depuis les années 1970, j’ai été co-fondateur de la Fondation Sciences Citoyennes en 2002. Je tente de m’impliquer dans plusieurs des nombreux thèmes de l’association. Plus particulièrement, je suis investi (certains diront intransigeant ou obsessionnel…) dans la promotion des conventions de citoyens, et je suis persuadé que cet outil est capable de faire avancer les autres propositions de Sciences Citoyennes, et de nos partenaires, aussi bien pour l’environnement que pour une science pour et par les citoyens. Ce que je continue d’apprécier beaucoup chez Sciences Citoyennes, c’est l’ambiance véritablement démocratique qui permet des relations amicales en même temps que le renouvellement des cadres.

Christian Vélot - Vice-président

Enseignant chercheur en génétique moléculaire à l’Université Paris-Sud (faculté des Sciences d’Orsay), je suis très impliqué dans le débat de société et l’information citoyenne sur la question des OGM et des produits qui leurs sont étroitement associés (pesticides et autres perturbateurs endocriniens). Ce pour quoi œuvre Sciences Citoyennes incarne parfaitement ma conception de la recherche. La vision trop souvent technophile de la grande majorité (à malheureusement peu d’exception près) des syndicats de la recherche et de l’enseignement supérieur, et le peu d’attention qu’ils portent à la nécessité de rendre la science soluble en démocratie laissent tout un champ d’action que Sciences Citoyennes remplit remarquablement, et font que je me reconnais particulièrement dans le militantisme associatif à travers mon engagement à ses côtés. Je suis administrateur de Sciences Citoyennes depuis 2005, et suis particulièrement intéressé par certains de ses centres d’intérêt que sont les lanceurs d’alerte, la question de la responsabilité des scientifiques, la recherche participative, les conventions de citoyens… Je suis par ailleurs l’actuel président du conseil scientifique du Criigen (Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique) avec lequel Sciences Citoyennes partage un certain nombre de préoccupations.

François Warlop - Secrétaire

François Warlop, agronome, travaille dans un groupe de recherche en agriculture biologique (www.grab.fr) depuis 1988. Administrateur de l’association Sciences Citoyennes depuis 2003, il est plus particulièrement concerné par les questions qui touchent à l’environnement et à l’alimentation, en passant par les techniques de modification du vivant. Il participe aux travaux de l’association portant notamment sur la recherche participative, les boutiques de sciences, la responsabilité scientifique. Il a produit un article de synthèse sur les enjeux d’une recherche plus en lien avec les attentes sociétales : https://www.linkedin.com/pulse/produire-autrement-publier-%C3%A9valuer-un-autre-monde-de-la-warlop/

 

L’équipe salariée

  • Aude Lapprand – Déléguée générale
  • Charlotte Coquard – Chargée de mission
  • Fabien Piasecki – Coordinateur
  • Glen Millot – Coordinateur
  • Marie Laot – Chargée d’administration