7e édition des « Sciences en Bobines » (2011) | Sciences Citoyennes

7e édition des « Sciences en Bobines » (2011)

Par
jeudi 8 septembre 2011

Miniature

Il y a deux ans, le festival des Sciences en Bobines est sorti de ses murs parisiens.
Cette année, les Bobines pour leur 7e édition ont lieu du 12 au 23 octobre 2011 dans 6 villes de France (Avignon, Montpellier, Paris, Savennières (49), Trescléoux (05) et Villeneuve d’Ascq).

Des contacts sont déjà pris dans d’autres villes pour la 8e édition qui aura lieu en 2012.

Cette 7e édition aborde le thème de l’alerte et des lanceurs d’alerte ainsi que ses déclinaisons dans quelques domaines comme le nucléaire, les nanotechnologies, la santé-environnement, etc.

bandeau bobines« Citoyen, salarié ou scientifique travaillant dans le domaine publique ou privé, le lanceur d’alerte se trouve, à un moment donné, confronté à un fait pouvant constituer un danger potentiel pour l’homme ou son environnement, et décide dès lors de porter ce fait au regard de la société civile et des pouvoirs publics. Le temps que le risque soit publiquement reconnu, il est souvent trop tard. Les conséquences pour le lanceur d’alerte, qui agit à titreindividuel parce qu’il n’existe pas à l’heure actuelle en France de dispositif de traitement des alertes, peuvent être graves : de la mise au placard au licenciement, de la maladie au procès dans certains cas, il se retrouve directement exposé aux représailles dans un système qui ne le soutient pas car souvent subordonné à des intérêts financiers ou politiques. »

Il est donc question d’expertise, de déontologie et d’éthique. On ne devient pas un lanceur d’alerte par plaisir. C’est un fardeau difficile à porter qui peut conduire à des situations dramatiques.
Aussi, la Fondation Sciences Citoyennes a travaillé avec des juristes pour élaborer un projet de loi disponible sur notre site :
http://sciencescitoyennes.org/projet-de-loi-lanceurs-d’alerte/.

L’édition parisienne du festival est l’occasion de présenter ce projet de loi en présence d’une des juristes qui l’a coélaboré, Marie-Angèle Hermitte.

Cinéma Utopia 4 rue des escaliers Saint-Anne, 84000 Avignon Plan d’accès

20h00 – Alerte à Babylone Jean Druon, 2005, 95 mn

Pas de doute, il nous reste peu de temps encore pour tenter de sauver la face vis-à-vis des générations futures. Alerte à Babylone, dans le procès à charge qui pourra nous être intenté par les chères têtes blondes, risque fort de peser aussi lourd dans le plateau de la balance que le glaive de ce chef gaulois qui accompagna son geste de défi d’un « vae victis » peu chrétien. « Malheur aux vaincus ». C’est le frisson que l’on ne peut s’empêcher d’éprouver en découvrant avec des yeux, grands comme des soucoupes, le dernier opus de Jean Druon qui nous régala, il y a quelque temps de « quelque chose de notre histoire ». Alerte à Babylone croise le fer, cette fois-ci, en Biélorussie, le pays le plus touché par la catastrophe de Tchernobyl, frappe d’estoc et de taille dans le maquis de la politique de l’environnement, cloue au pilori des choix énergétiques calamiteux et nous révèle le sort terrifiant fait à notre agriculture. Il est question au passage de choses bizarres comme les nano sciences et les nano technologies, de ville nouvelle titanesque dans le sillon rhodanien, quelque part entre Genève, Grenoble et Lyon. Tout cela au travers d’une étonnante galerie de portraits de citoyens scientifiques dont on boit littéralement les témoignages et qui, tous, avec la courtoisie et l’élégance de parfaits gentlemen, énoncent de bien inquiétantes perspectives. Il y a cet Arpad Pusztaï, scientifique de haut niveau, courtisé et adulé, véritable ambassadeur scientifique de son pays et merveilleux naïf, qui s’étonne que les boutiques à Kuala Lumpur sont les mêmes aujourd’hui qu’à Aberdeen, sa ville de naissance et s’amuse de sa mise définitive au ban de la société scientifique, suite à des déclarations d’une franchise trop extrême sur les OGM. Lire la suite

21h40 – Débat avec :

  • Jean Druon (Réalisateur)
  • François Warlop (Agronome, F. Sciences Citoyennes)

Cinéma Utopia 5 avenue du docteur Pezet 34 090 Montpellier Plan d’accès

20h00 – Chernobyl for ever Alain de Halleux, 2011, 55 mn

25 ans après Tchernobyl, nous avons oublié les dangers du nucléaire… Les conséquences de ce désastre ne sont toujours pas maîtrisées. Les derniers évènements au Japon, nous montrent que nous n’en avons pas tiré les leçons de cette catastrophe. L’atome a la vie longue, et l’homme a la mémoire courte. Ce film inédit sur Tchernobyl aujourd’hui est là pour nous le rappeler.

21h00 – Débat avec :

  • Sezin Topçu (Sociologue, F. Sciences Citoyennes)
  • Didier Latorre (Réseau Sortir du Nucléaire)

Cinéma Utopia 5 avenue du docteur Pezet 34 090 Montpellier Plan d’accès

9h30 – Accueil autour d’un petit déjeuner

10h00 – Notre Poison Quotidien Marie-Monique Robin, 2010, 113 mn

Au cours des 30 dernières années, le cancer, les maladies neurologiques (Parkinson et Alzheimer) ou auto-immunes, le diabète et les dysfonctionnements de la reproduction n’ont cessé de progresser. Comment expliquer cette inquiétante épidémie, qui frappe particulièrement les pays dits « développés » ? C’est à cette question que répond Notre poison quotidien, fruit d’une enquête de deux ans en Amérique du Nord, en Asie et en Europe. S’appuyant sur de nombreuses études scientifiques, mais aussi sur les témoignages de représentants des agences de règlementation – comme la Food and Drug Administration (FDA) américaine ou l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) –, le film montre que la cause principale de l’épidémie est d’origine environnementale : elle est due aux quelques 100 000 molécules chimiques qui ont envahi notre environnement, et principalement notre alimentation, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette grande enquête retrace le mode de production, de conditionnement et de consommation des aliments, depuis le champ du paysan (pesticides) jusqu’à notre assiette (additifs et plastiques alimentaires). Elle décortique le système d’évaluation et d’homologation des produits chimiques, à travers les exemples des pesticides, de l’aspartame et du Bisphénol A (BPA), et montre qu’il est totalement défaillant et inadapté. Elle raconte les pressions et les manipulations de l’industrie chimique pour maintenir sur le marché des produits hautement toxiques. Enfin et surtout, elle explore les pistes permettant de se protéger en soutenant ses mécanismes immunitaires par la nourriture, ainsi que le démontrent de nombreuses études scientifiques (décriées par l’industrie pharmaceutique).

12h00 – Débat avec :

  • Frédéric Prat (Inf’OGM)
  • Jean Sabench (Responsable commission pesticides Confédération Paysanne)
  • Florian Olivier (Péquenot Science)

Cinéma La Clef (Entrée libre et gratuite et Buffet bio à prix modérés à partir de 19h) 21 rue de la Clef, 75005 Paris M° censier Daubenton

20h00 – Au pays du nucléaire Esther Hoffenberg, 2010, 74 mn

France, Normandie : la région la plus nucléarisée de la planète. Avec humour et sérieux, Esther Hoffenberg voyage dans les méandres d’un secret bien gardé : le nucléaire et le retraitement de ses déchets. En interrogeant à la fois les habitants et les représentants politiques, associatifs et industriels, la réalisatrice dévoile les nombreux aspects d’une réalité angoissante, aussi invisible qu’irréversible. Que signifie vivre avec le nucléaire ? Nous voici au coeur d’une des préoccupations écologiques et politiques majeures de ce millénaire, en France comme ailleurs.

21h30 – Débat avec :

  • Sezin Topçu (Sociologue, F. Sciences Citoyennes)
  • Xavier Renou (Réseau Sortir du Nucléaire)

Cinéma La Clef (Entrée libre et gratuite et Buffet bio à prix modérés à partir de 19h) 21 rue de la Clef, 75005 Paris M° censier Daubenton

20:00 – Notre Poison Quotidien Marie-Monique Robin, 2010, 113 mn

Au cours des 30 dernières années, le cancer, les maladies neurologiques (Parkinson et Alzheimer) ou auto-immunes, le diabète et les dysfonctionnements de la reproduction n’ont cessé de progresser. Comment expliquer cette inquiétante épidémie, qui frappe particulièrement les pays dits « développés » ? C’est à cette question que répond Notre poison quotidien, fruit d’une enquête de deux ans en Amérique du Nord, en Asie et en Europe. S’appuyant sur de nombreuses études scientifiques, mais aussi sur les témoignages de représentants des agences de règlementation – comme la Food and Drug Administration (FDA) américaine ou l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) –, le film montre que la cause principale de l’épidémie est d’origine environnementale : elle est due aux quelques 100 000 molécules chimiques qui ont envahi notre environnement, et principalement notre alimentation, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette grande enquête retrace le mode de production, de conditionnement et de consommation des aliments, depuis le champ du paysan (pesticides) jusqu’à notre assiette (additifs et plastiques alimentaires). Elle décortique le système d’évaluation et d’homologation des produits chimiques, à travers les exemples des pesticides, de l’aspartame et du Bisphénol A (BPA), et montre qu’il est totalement défaillant et inadapté. Elle raconte les pressions et les manipulations de l’industrie chimique pour maintenir sur le marché des produits hautement toxiques. Enfin et surtout, elle explore les pistes permettant de se protéger en soutenant ses mécanismes immunitaires par la nourriture, ainsi que le démontrent de nombreuses études scientifiques (décriées par l’industrie pharmaceutique).

22:00 – Débat avec :

  • Régine Boutrais (Sociologue)
  • Nadine Lauverjat (Générations Futures)
  • Marie Grosman (Réseau Environnement Santé)

Cinéma La Clef (Entrée libre et gratuite et Buffet bio à prix modérés à partir de 19h) 21 rue de la Clef, 75005 Paris M° censier Daubenton

20:00 – La Science Achetée Bertam Verhaag, 2009, 88 mn

Qu’arrive-t-il aux scientifiques lorsqu’ils se confrontent aux désirs mercantiles de leur employeur ? Quand la science dit non à la rentabilité? Scientist under attack révèle des témoignages accablants de scientifiques menacés ou muselés pour avoir exprimé des points de vue contraires aux intérêts de l’industrie des organismes génétiquement modifiés. La liberté scientifique et d’expression serait-elle intolérable pour les multinationales qui dominent le monde ?

21:30 – Présentation du projet de loi de Protection des lanceurs d’alerte et Débat avec :

  • Marie-Angèle Hermitte (Juriste)

fête de la science Région Pays de la LoireAvec le soutien de la Fête de la Science et de la Région Pays de Loire

Espace du Fresne 49170 Savennières

20:00 – Notre Poison Quotidien Marie-Monique Robin, 2010, 113 mn

Au cours des 30 dernières années, le cancer, les maladies neurologiques (Parkinson et Alzheimer) ou auto-immunes, le diabète et les dysfonctionnements de la reproduction n’ont cessé de progresser. Comment expliquer cette inquiétante épidémie, qui frappe particulièrement les pays dits « développés » ? C’est à cette question que répond Notre poison quotidien, fruit d’une enquête de deux ans en Amérique du Nord, en Asie et en Europe. S’appuyant sur de nombreuses études scientifiques, mais aussi sur les témoignages de représentants des agences de règlementation – comme la Food and Drug Administration (FDA) américaine ou l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) –, le film montre que la cause principale de l’épidémie est d’origine environnementale : elle est due aux quelques 100 000 molécules chimiques qui ont envahi notre environnement, et principalement notre alimentation, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette grande enquête retrace le mode de production, de conditionnement et de consommation des aliments, depuis le champ du paysan (pesticides) jusqu’à notre assiette (additifs et plastiques alimentaires). Elle décortique le système d’évaluation et d’homologation des produits chimiques, à travers les exemples des pesticides, de l’aspartame et du Bisphénol A (BPA), et montre qu’il est totalement défaillant et inadapté. Elle raconte les pressions et les manipulations de l’industrie chimique pour maintenir sur le marché des produits hautement toxiques. Enfin et surtout, elle explore les pistes permettant de se protéger en soutenant ses mécanismes immunitaires par la nourriture, ainsi que le démontrent de nombreuses études scientifiques (décriées par l’industrie pharmaceutique).

22:00 – Débat avec :

  • Claudia Neubauer (Biologiste, F. Sciences Citoyennes)
  • Florent Mercier (paysan et éleveur à Bouchemaine, passionné de variétés de blé)
  • André Chabot (CASI 49)

Télécharger la plaquette de la session de Tréscléoux

Petite église de Trescléoux

18h00 – Ouverture du festival

par l’association Khéper. Présentation de la Fondation Sciences Citoyennes par Jacques Maret, paysan et administrateur de la fondation. Martine Garcin, galerie G’M à Veynes, nous invite pour le vernissage de l’exposition de Paule Riche, artiste peintre : Et la beauté sauvera le monde.

Télécharger la plaquette de la session de Tréscléoux

Petite église de Trescléoux (entrée libre)

15h00 – Atelier en plein air, Marie Tarbouriech, ingénieure agronome.

Parcours ethno botanique : reconnaître les plantes sauvages (et gratuites) et leurs vertus. Venez découvrir les plantes et leur utilisation

Salle des fêtes de Trescléoux (entrée libre)

18h00 – La sobriété heureuse, PIerre Rabbhi.

18h05 – Le soja de la faim, Marie-Monique Robin, 2006, 23 min

Les paysans et la faim : l’exemple de l’Argentine…

18h30 – En «connaissances» de cause, Marie Tarbouriech, ingénieure agronome.

Débat

20h00 – Repas sur place (prix libre)

20h30 – Intervention, professeur Celestin Gazouyot.

Présentation de ses inventions

20h45 – Nijuman no borei (200 000 fantômes), Gabriel Periot, 2007, 11 min.

Film expérimental

21h00 – Science et techno science ou les limites de la science, M. Jean, directeur de recherche émérite au CNRS, mathématicien.

21h45 – Frankenstein junior, Mel Brooks, 1974, 106 min.

Une parodie de Frankenstein sur la maîtrise des techniques scientifiques. D’actualité ? Une parodie de Frankenstein sur la maîtrise des techniques scientifiques. D’actualité ?

Télécharger la plaquette de la session de Tréscléoux

Petite église de Trescléoux (entrée libre)

15h00 – Atelier, Paul Riche.

Technique de l’encre sur papier de riz. Paule Riche vous accompagnera et vous dirigera. Réservation obligatoire au : 04 92 67 15 97 ou 06 11 29 37 38 ou paule.riche (@) gmail.com P.A.F. prévue.

Médiathèque de Pont-Lagrand, (entrée libre)

18h00 – Le silence des nanos, Julien Colin, 2006, 75 min.

Une cyber recherche sur l’enjeu des nanotechnologies.

19h20 – L’argent de la recherche, M. Jean

19h25 – Les aides aux agriculteurs environnementaux et à l’agro écologie, Jacques Maret.

Débat

20h00 – Repas sur place (prix libre)

20h30 – Intervention, professeur Celestin Gazouyot.

Présentation de ses inventions

20h45 – Main basse sur les gènes, K. Parent et Louise Vandelac, 1999, 52 min.

Richesse universelle qui n’a pas de prix, le vivant peut-il être laissé à la merci d’intérêts privés ?

21h30 – Les brevets sur le vivant, Jean-Pierre Berlan, biologiste et économiste.

Débat

22h30 – Technocalyps, Franck Theys, 1999, 210 min.

Documentaire artistique. Une vision d’artiste sur la science.

Télécharger la plaquette de la session de Tréscléoux

Petite église de Trescléoux (entrée libre)

15h00 – Enregistrement public d’une émission de radio ou de télé nationale ou régionale, avec J. Maret, M. Tarbouriech, M. Jean, S. Johsua, A. Paris, P. Leroy… et le public

Médiathèque de Pont-Lagrand, (entrée libre)

18h00 – RAS : Nucléaire rien à signaler, Alain de Halleux, 2006, 58 min.

Sur les intérimaires du nucléaire.

19h00 – Science et démocratie, Samuel Johsua, universitaire – Les choix énergétiques dans une municipalitéP. Leroy, maire de Puy Saint André

Débat

20h00 – Repas sur place (prix libre)

20h30 – Intervention, professeur Celestin Gazouyot.

Présentation de ses inventions

20h45 – Corse, le mensonge radioactif, Jean-Charles Chatard et Eliane Parigi, 2004, 60 min.

Les conséquences en France de la catastrophe de Tchernobyl.

21h45 – Les Alpes sont-elles radioactives ?, André Paris, ingénieur.

Débat

Télécharger la plaquette de la session de Tréscléoux

Médiathèque de Pont-Lagrand (entrée libre)

15h00 – Le TrUC

Une pièce de théâtre interactive avec le public et les intervenants de la semaine.

17h30 – Clôture du festival.

Cinéma Le Mélies Centre commercial du Triolo, rue Traversière, 59650 Villeneuve d’Ascq Plan d’accès

20:00 – Le Silence des nanos, Julien Colin, 2005, 75 mn

L’action se déroule sur l’écran d’un ordinateur connecté au réseau. Une navigation dans le cyberespace permet de découvrir ce que recouvrent les nanotechnologies en terme de programme. De lien en lien, de site en site, de téléchargement en téléchargement, le film révèle l’histoire de ces technologies émergentes, les visions et les rêves dont elles procèdent ou qu’elles génèrent. Les questions, qui ne sont pas nouvelles : notre rapport à la technologie, au développement, au progrès ; mais qui, devant la révolution technologique annoncée, s’imposent avec acuité. Il ne s’agît donc pas d’un documentaire scientifique et technique, qui soit l’illustration voire la vulgarisation des recherches en cours. Mais il s’agît d’un film réflexif sur les technologies émergentes, d’une mise en questionnement critique et néanmoins rationnelle de l’activité scientifique et du développement technologique d’un point de vue anthropologique. “La science ne pense pas”, écrivait Heidegger. Il ajoutait que la philosophie ne pense pas non plus. « Pas encore ». Cependant la science rêve ; et c’est bien ce dont il est ici question.

21:20 – Débat avec :

  • Julien Colin (Réalisateur)
  • Bertrand Bocquet (Physicien, F. Sciences Citoyennes)

Cinéma Le Mélies Centre commercial du Triolo, rue Traversière, 59650 Villeneuve d’Ascq Plan d’accès

20:00 – Notre Poison Quotidien Marie-Monique Robin, 2010, 113 mn

Au cours des 30 dernières années, le cancer, les maladies neurologiques (Parkinson et Alzheimer) ou auto-immunes, le diabète et les dysfonctionnements de la reproduction n’ont cessé de progresser. Comment expliquer cette inquiétante épidémie, qui frappe particulièrement les pays dits « développés » ? C’est à cette question que répond Notre poison quotidien, fruit d’une enquête de deux ans en Amérique du Nord, en Asie et en Europe. S’appuyant sur de nombreuses études scientifiques, mais aussi sur les témoignages de représentants des agences de règlementation – comme la Food and Drug Administration (FDA) américaine ou l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) –, le film montre que la cause principale de l’épidémie est d’origine environnementale : elle est due aux quelques 100 000 molécules chimiques qui ont envahi notre environnement, et principalement notre alimentation, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette grande enquête retrace le mode de production, de conditionnement et de consommation des aliments, depuis le champ du paysan (pesticides) jusqu’à notre assiette (additifs et plastiques alimentaires). Elle décortique le système d’évaluation et d’homologation des produits chimiques, à travers les exemples des pesticides, de l’aspartame et du Bisphénol A (BPA), et montre qu’il est totalement défaillant et inadapté. Elle raconte les pressions et les manipulations de l’industrie chimique pour maintenir sur le marché des produits hautement toxiques. Enfin et surtout, elle explore les pistes permettant de se protéger en soutenant ses mécanismes immunitaires par la nourriture, ainsi que le démontrent de nombreuses études scientifiques (décriées par l’industrie pharmaceutique).

22:00 – Débat avec :

  • Sébastien Lemière (Ecotoxicologue et Toxicologue de l’Environnement)
  • Philippe Richard(Pneumologue, RES, CRAPSE, APSH)

Pour consulter le programme des éditions précédentes :

1re édition
2e édition
3e édition
4e édition
5e édition
6e édition