Mettons vraiment les nanos en question ! | Sciences Citoyennes

Mettons vraiment les nanos en question !

Par
vendredi 13 novembre 2009

Miniature

Sollicitée par la Commission Particulière du Débat Public Nanotechnologies (CPDP nano), la Fondation Sciences Citoyennes (FSC) vient de proposer un cahier d’acteurs exposant ses positions.

Dans ce texte intitulé « La démocratie face aux nanotechnologies et aux nanosciences », l’association critique le débat tel qu’il est mis en place :

- La France a investi massivement dans les nanos depuis plusieurs années : ce débat aurait du se tenir il y a 10 ans.

- Le débat ne permet pas d’envisager les nanos dans leur globalité. Les questions de l’utilité sociale des nanos ou de leurs conséquences ne sont pas posées. Il n’est donc pas possible de faire des comparaisons avec des technologies alternatives ou avec des approches non technologiques. Comment savoir alors si les nanos sont vraiment un progrès réel et non une illusion de discours ?

- Le débat fait la part belle aux experts qui vivent de leurs recherches sur les nanos, sans donner réellement la parole aux approches alternatives. Le débat risque de se réduire à une communication d’acceptabilité de cette technologie. Il ne permettra pas d’évaluer objectivement l’avis de la population.

>> Le gouvernement ne sera pas lié par les avis qui sortiront de la CPDP. Il n’aura l’obligation ni de les suivre, ni d’y répondre.

Parmi les propositions mises en avant par La Fondation Sciences Citoyennes :

- un moratoire sur la recherche appliquée et la commercialisation des nanoproduits

- une loi constitutionnelle instituant les Conventions de citoyens, comme modalité de consultation du public, exempte de conflits d’intérêts

- le développement des recherches en sciences humaines et sociales et en écotoxicologie autour des nanos

Comme le conclut ce cahier : « Débattre des nanotechnologies dans les conditions telles que fixées par ce débat national nous semble plus relever d’une manipulation de la population, pour qu’elle adhère au développement irrémédiable de ce qu’on lui présente comme une source infinie de progrès, que d’une information objective ».

Le texte du cahier d’acteurs est disponible sur le site de la CPDP : ici