Formation sur les techniques de manipulation du vivant le 2 février 2018 à Paris

Par
mercredi 10 janvier 2018

Miniature

Inscriptions ouvertes !

Après la transgénèse, les techniques de manipulation du génome se succèdent à une vitesse spectaculaire, avec des noms plus barbares les unes que les autres (mutagenèse dirigée, nucléases dirigées à doigt de zinc, méganucléases, TALEN, CRISPR/Cas9, etc.). Les domaines d’application potentiels sont multiples et concernent aussi bien les végétaux que les animaux et les microorganismes.

Certaines de ces techniques peuvent être utilisées directement sur les embryons animaux afin d’obtenir beaucoup plus facilement des animaux génétiquement modifiés.

Ces techniques, pour lesquelles nous n’avons bien sûr absolument aucun recul, sont l’objet de tous les fantasmes et de toutes les promesses, que ce soit dans le domaine agricole avec la prétendue amélioration des plantes, ou dans le domaine médical pour résoudre les maladies génétiques contre lesquelles on attend encore que se réalisent concrètement les “miracles” de la thérapie génique vantés depuis 30 ans.

L’industrie agro-alimentaire et semencière veut exonérer les produits de ces nouvelles techniques de la législation OGM, en considérant les plantes qui en seront issues comme conventionnelles.

Les « experts », tant français qu’européens, tentent de justifier « scientifiquement » cette opération, au prétexte que ces techniques seraient plus précises que la transgenèse ou la technique de mutagenèse aléatoire avec laquelle on fabrique également des OGM agricoles, notamment tolérant aux herbicides (essentiellement colzas et tournesols), mais qui échappent à la législation européenne au prétexte qu’ils ne sont pas transgéniques (OGM cachés).

Il apparaît impératif de démêler le vrai du faux, de mieux appréhender les techniques elles-mêmes, leur mode opératoire, leur prétendue précision, leurs usages réels ou fantasmés mais aussi les questions démocratiques et éthiques que leur utilisation et leur diffusion soulèvent.

C’est précisément pour cela que Sciences Citoyennes et le CRIIGEN (Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique) proposent une formation à destination d’un public soucieux d’approfondir ses connaissances dans ce domaine (citoyen.ne.s curieux, militant.e.s associatif.ive.s, journalistes…).

La formation aura lieu le vendredi 2 février 2018 de 10h à 17h dans les locaux de la FPH dans le 11e arrondissement de Paris. Elle se déroulera sur une journée. La matinée sera consacrée aux techniques à proprement parler et prendra la forme d’une conférence-débat menée par le biologiste Christian Vélot. L’après-midi donnera lieu à des exposés et des échanges d’une part sur les usages et le déploiement de ces techniques et d’autre part sur les aspects éthiques et démocratiques de la question en présence de la généticienne Catherine Bourgain et du biologiste Jacques Testart.

La participation à cette formation s’élève à 50€. Elle inclut le déjeuner et les collations qui seront proposées pendant les temps de pause.

L’inscription (via la plateforme HelloAsso) est obligatoire et doit être effective avant le 30 janvier 2018.

Cliquez sur le bouton ci-dessous pour vous enregistrer SVP.

 

Propulsé par HelloAsso

Venez nombreux !

N.B. Si vous ne souhaitez pas utiliser la plateforme HelloAsso pour effectuer votre paiement, merci de contacter Fabien Piasecki à l’adresse suivante : fabien.piasecki[at]sciencescitoyennes.org

Formation sur les techniques de manipulation du vivant le 2 février 2018 à Paris