Revirement de l'industrie pharmaceutique sur un cas d'école de la biologie de synthèse | Sciences Citoyennes

Revirement de l’industrie pharmaceutique sur un cas d’école de la biologie de synthèse

Par
mardi 12 avril 2016

Miniature

Un nouveau monde s’ouvre à nous : celui de la biologie de synthèse. C’est par cette phrase pleine de promesse que débute la présentation de la biologie de synthèse sur le site du gouvernement français. Mais dans le cas de l’artémisinine de synthèse c’est une porte qui se referme.

La biologie synthétique, ou biologie de synthèse, est une discipline technoscientifique émergente. Elle a pour objectif de reformater les êtres vivants existant en modifiant profondément leur ADN. Cette discipline pose la question du rôle central des chercheurs-entrepreneurs, des investissements de grands groupes multinationaux, mais également du brevetage du vivant, et de la mise en péril d’économies rurales notamment dans l’hémisphère sud.

Afin de saisir les questions soulevées par ce domaine et leur évolution dans le temps, nous vous proposons de consulter la fiche didactique actualisée L’artémisinine, emblème du meilleur des mondes de la biologie de synthèse. L’artémisinine, molécule recommandée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour le traitement du paludisme, est une substance naturellement présente dans une plante, l’armoise annuelle.

Depuis 2006, une version produite par des levures génétiquement modifiées par biologie de synthèse est proposée vantant les bienfaits de ces nouvelles approches biotechnologiques. L’objectif était de palier à l’échelle mondiale au manque de traitement pour lutter contre le paludisme en produisant, grâce à ces nouvelles biotechnologies, l’artémisinine plus rapidement et à des coûts très inférieurs à la production issue de la culture de l’armoise.

En février 2016 la revue Nature a publié un article annonçant qu’en 2015, le géant pharmaceutique Sanofi a arrêté sa production d’artémisinine semi-synthétique.
Ce revirement montre la fragilité des promesses faites par les promoteurs des bienfaits de ce type de technologie.

L’artémisinine, emblème du meilleur des mondes de la biologie de synthèse ou véritable cas d’école sur les risques inconsidérés dans bien des domaines que fait courir une certaine course à la technologie.

Fiche L’Artémisinine en 2016