Pas de fumée sans feu | Sciences Citoyennes

Pas de fumée sans feu

Par
jeudi 8 août 2013

Miniature

« La science citoyenne, cette fumisterie » : c’est la dernière récidive de l’AFIS, via l’article de M. Quirant publié ici. Rien de bien neuf, c’est toujours la même recette.

Tout d’abord prenez un argument scientiste de base. Par exemple: il existe une vraie science qui dit la vraie vérité – celle des scientistes (ceux qui font de la science une religion) – et tout le reste n’est qu’une vaste farce. Par « tout le reste » il faut surtout comprendre les actions et dires des associations de citoyens, des associations indépendantes des milieux industriels, des démarches de sciences citoyennes, participatives, etc. Cet argument vous permet de poser vos personnages : la pauvre ‘science’ maltraitée par les méchantes associations et ses lobbies hyper-puissants.

Ensuite ajoutez une bonne dose d’apitoiement injustifié et grotesque (« le savoir scientifique est devenu inaudible » ; « les données scientifiques sont travesties » par la rhétorique des associations citoyennes ; les médias donnent la parole à part égale aux scientifiques et aux citoyens ; …) ainsi qu’une pincée de solennité absurde (« La situation économique de la France {…} est grave » ; il faut « relancer la recherche en France » – celle ci étant prétendument bloquée par les associations citoyennes et le principe de précaution ; …). Pour un goût plus solennel encore, n’hésitez pas à détourner un texte de Platon : c’est toujours du meilleur effet.

Enfin faites infuser le tout dans une myriade de renvois à d’autres blogs scientistes (au choix : Science et Pseudo-science, l’Union des rationalistes, Sham and Science, le blog de M. Kuntzetc. ) et le tour est joué ! Votre article scientiste est prêt, bonne indigestion.

En guise de réponse à cette énième récidive, nous rappellerons simplement quelques points :

1) Si un chercheur devient lié à l’industrie par « la force des choses » c’est que la technoscience n’est pas « la Science » idéalisée mais une affaire de choix et/ou intérêt. De plus « la force des choses » n’exempt pas, au contraire, du conflit d’intérêt, ni des tentatives de fraude scientifique.

2) La démarche scientifique n’est pas, et ne doit pas être, l’objet d’un monopole d’une frange restreinte des personnels scientifiques et techniques, à savoir les scientistes. Les chercheurs travaillant au sein d’associations indépendantes ou dans le cadre de projet de science citoyenne et participative ne sont pas moins qualifiés et compétents que les prétendus ‘vrais scientifiques’.

3) Les associations citoyennes n’ont pas pour but de faire de la science à la place des institutions spécialisées mais de porter un regard critique sur ces activités.

4) L’ouverture démocratique des capacités de recherche scientifique n’a rien à voir avec un travestissement fallacieux et à visée idéologique de la recherche, contrairement à ce que suggère M. Quirant. En effet les pratiques et savoirs scientifiques et techniques sont pleinement intégrés à la société et à ce titre l’orientation de la recherche scientifique doit relever des choix sociétaux. M Quirant expose ce que sont ses propres choix prioritaires : relance de l’industrie, culture d’OGM, exploitation des gaz de schistes, refus du principe constitutionnel de précaution,… Ce ne sont pas les choix de tout le monde et « la Science » n’y est pour rien !

5) Il n’existe pas de science pure et détachée de la société, qui serait soumise à un impératif de développement absolu mais cependant gênée par quelques rhéteurs. La fraude des mots est à rechercher chez ceux qui tentent de nous convaincre du contraire. Quant à la perversion de la cité, elle se manifeste notamment dans les discours qui privilégient cet impératif illusoire par rapport au savoir vivre démocratique.

Les ‘sciences citoyennes’ sont loin d’être une fumisterie. Elles ne sont qu’une réponse aux feux scientistes, technocratiques et anti-démocratiques. Pas de fumée sans feu.