Jacques Testart à Nuit Debout : « C'est dans les labos qu'on est en train de changer le monde » | Sciences Citoyennes

Jacques Testart à Nuit Debout : « C’est dans les labos qu’on est en train de changer le monde »

Par
mardi 7 juin 2016

Miniature

JTT Nuit Debout mai artworks-000164394053-zk91ub-t500x500Dans le contexte des mobilisations Nuit Debout, les médias Radio Debout et TV Debout donnent la parole aux citoyens qui réfléchissent à une autre forme de société. Jacques Testart, biologiste – dont les travaux de recherches sur la fécondation in vitro (FIV) ont permis la naissance du premier bébé-éprouvette en France en 1982 – et président d’honneur de l’association Sciences Citoyennes, a été interviewé par Radio Debout le 18 mai 2016 (79 mars) et par TV Debout le 2 juin 2016 (94 mars).

Durant ces deux interviews, Jacques Testart présente les difficultés que connaissent les jeunes chercheurs vivant, plusieurs années durant, une précarité au niveau de leur poste et craignant de s’engager, ne serait-ce qu’en analysant leur fonction sociale, par crainte des conséquences potentielles sur leur carrière. Il rapporte les longues journées de travail de plus de 12 heures qui isolent certains chercheurs de la société. Pour autant, quand on l’interroge sur le fait que ces derniers donnent l’impression de demeurer dans leur « tour d’ivoire » à chercher, questionner et analyser sans remettre en cause les impact sur la société, le biologiste le soutient : « C’est dans les labos que l’on est en train de changer le monde. »

C’est pourquoi Jacques Testart réaffirme l’importance d’ouvrir la recherche aux citoyens et de la démocratiser pour la mettre au service du bien commun et souligne la nécessité de soumettre à un panel de citoyens les grandes orientations de la recherche.

À la question « Comment organiser de telles concertations ?« , aucune hésitation de sa part, Jacques Testart répond : la Convention de Citoyens. Il expose clairement et simplement le principe du déroulement de ce processus participatif, version « codifiée » des conférences de citoyens proposées par le Danemark il y a une trentaine d’années. Cet outil démocratique crée, selon lui, de l’intelligence collective et de l’empathie, ce qu’il appelle de l’humanitude. Ce concept a donné lieu à un essai paru en 2015 aux éditions du Seuil : L’Humanitude au pouvoir – Comment les citoyens peuvent décider du bien commun.

Jacques Testart expose également les limites de la technoscience, de l’illusion d’une certaine forme de progrès, qui ne constituerait, en fin de compte, qu’une succession d’innovations supplémentaires dont on ne vérifierait pas qu’elles soient bonnes, sans intérêt ou bien nuisibles pour l’humanité. Il s’inquiète du fait que « les idées de progrès, de technosciences [aient] réussi à renverser complètement la pensée critique et que les moins de trente ans [soient] convaincus que le bien être passe par les technologies et même le transhumanisme« .

Enfin quand on l’interroge sur sa vision du mouvement Nuit Debout, Jacques Testart y voit un « laboratoire d’idées« , une « caisse à outil démocratique » qui pourra servir un jour pour changer le système.


Interview de Jacques Testart à Radio Debout le le 18 mai 2016 (79 mars) sur le thème de la responsabilité des chercheurs


Interview de Jacques Testart à TV Debout le 2 juin 2016 (94 mars)