8e édition des « Sciences en Bobines » | Fondation Sciences Citoyennes

8e édition des « Sciences en Bobines »

Par
Vendredi 19 octobre 2012

Miniature

La 8e édition des Bobines poursuit son expansion sur le territoire en passant de 6 à 12 villes d’accueil. Le festival aura lieu du 6 au 23 novembre 2012 à Avignon, Cany-Barville, Dijon, La Rochelle, Montpellier, Paris, Saint Valery en Caux, Saint-Malo, Savennières, Trescléoux, Veules-les-roses et Villeneuve d’Ascq. Cette 8e édition souhaite fêter à sa manière les 10 ans de la Fondation Sciences Citoyennes, ce qui permettra d’aborder l’ensemble des thématiques que nous traitons dans le cadre de nos activités. Aussi parlerons nous de conflits d’intérêt, d’expertise, de gouvernance de la recherche, mais également de thèmes plus spécifiques comme la biologie synthétique, le rôle de l’industrie pharmaceutique, la téléphonie mobile, etc.

Ce festival a lieu en partenariat avec ATTAC et Sud-recherche EPST.

Cinéma Utopia

4 rue des escaliers Saint-Anne, 84000 AVIGNON

Plan d’accès

Tarif normal : 6€

20h20 – Tous Cobayes ? Jean-Paul Jaud, 2012, 120 min

De 2009 à 2011, et dans le secret le plus absolu, le Professeur Gilles-Eric Séralini a mené une expérience aux conséquences insoupçonnables, au sein du CRIIGEN (Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le génie Génétique). Il s’agit de la plus complète et de la plus longue étude de consommation d’un OGM* agricole avec le pesticide Roundup faite sur des rats de laboratoire et les conclusions qui vont en être tirées sont édifiantes… Après le terrible accident de Tchernobyl en avril 1986, l’invisible poison nucléaire a resurgit avec l’explosion de la centrale de Fukushima en mars 2011 faisant des dégâts matériels, humains et écologiques innommables. OGM, Nucléaire : L’Homme s’est approprié ces technologies sans faire de tests sanitaires ni environnementaux approfondis alors que la contamination irréversible du vivant est réelle. Serions-nous tous des cobayes? *Le Maïs NK 603 de Monsanto, cultivé sur 80% du sol américain, importé en Europe avec le pesticide Roundup

22h20 – Débat « tous cobayes, la recherche ignore le principe de précaution » avec :

  • François Warlop (Agronome, F. Sciences Citoyennes)

Salle du Clos Saint-Martin

76450 CANY-BARVILLE

Tarif normal : 2€

20h00 – Alerte à babylone Jean Druon, 2005, 95 min

« Et les coûts de Mégalopolis grandissent encore plus vite que sa taille. À tout prix il faut faire venir plus d’énergie, plus d’eau. Il faut assurer le transport des vivants. Mégalopolis est une cité assiégée, mais elle ne l’est que par sa propre masse. Aussi ne peut-elle être sauvée que par le sacrifice chaque jour plus poussé de ses libertés. » Phrase de Bernard Charbonneau, citée en ouverture. Ce film retrace les conséquences de l’application des nouvelles technologies, comme le nucléaire, les OGM et les nanotechnologies. Bien que ces conséquences portent sur la santé, l’avenir social et les conditions de vie en général, ces techniques sont toujours mises en service sans aucun débat public. L’auteur fait intervenir des chercheurs en agronomie, des juristes et des penseurs critiques qui déplorent le peu d’informations mises à disposition du public par les « organismes de contrôle » qui, bien souvent, au lieu d’exercer un travail de contrôle véritable qui correspondrait à la responsabilité dont ils revêtent pourtant leur poste, aident au contraire à avaliser des décisions déjà prises par le complexe industriel qui les mandate de manière plus ou moins directe. Certains intervenants plaident en faveur de la mise en place d’une protection juridique des lanceurs d’alerte.

21h35 – Débat « Les implications des nouvelles technologies » avec :

  • Dominique Cellier (Biostatisticien, F. Sciences Citoyennes, CRIIGEN)

Le p’tit ciné-Berbisey

9 rue de la Manutention, 21000 DIJON

Plan d’accès

20h00 – Homo Stellae Rémi Briand, 2011, 26 min

« Au Chili, le laboratoire de Gemini South se situe à une soixantaine de kilomètres du télescope lui-même, dans la ville de La Serena. Il constitue la base quotidienne des astronomes et ingénieurs qui développent un important parc d’instruments, dont un système d’optique adaptative « Canopus ». Ce système complexe de miroirs déformables permet une correction en temps réel de la turbulence atmosphérique. Afin d’étendre la couverture du ciel dans la direction de l’objet observé, il utilise des étoiles-guide lasers, c’est-à-dire une étoile brillante « artificielle », proche du champ des observations. Le laser de Gemini South est un des plus puissants au monde. Ce film témoigne du quotidien et de l’intimité d’une équipe de scientifiques et parmi eux Benoît Neichel, astronome français spécialiste de l’optique adaptative. Il nous emmène à travers les différents sites du laboratoire de La Serena, nous présente l’optique adaptative, le système« Canopus » et le fameux télescope Gémini South avec ses étoiles-guides laser sur le Cerro Pachón. Mais au delà de l’exceptionnel cadre de travail et la fascination que provoque la quête de ces chercheurs, c’est toute la question de leur condition et de leur raison d’être qui nous est exposée ici.

20h30 – Débat « Benoît Neischel, portrait d’un astronome » avec :

  • Rémi Briand (Réalisateur du documentaire)
  • Benoît Neischel (en visioconférence du Gemini Observatory au Chili)

Résidence Club Lafayette

Avenue de Bourgogne, 17041 LA ROCHELLE CEDEX 1

Plan d’accès

Libre participation aux frais

18h30 – Les moissons du futur Marie-Monique Robin, 2012, 90 min

Comment nourrir la population mondiale en se tournant vers l’agro-écologie ? C’est à cette question que tente de répondre ce documentaire, en menant l’enquête sur quatre continents. S’appuyant sur les témoignages d’experts, d’éleveurs et de cultivateurs, il dresse un bilan de la révolution agricole qui, après un demi-siècle, n’est pas parvenue à nourrir le monde, alors qu’elle a largement participé au réchauffement climatique, épuisant les sols, les ressources en eau et la biodiversité. Des expériences montrent aujourd’hui que l’agriculture familiale et biologique sur une large échelle est non seulement possible, mais efficace d’un point de vue économique.

20h00 – Débat « Agroécologie et agriculture biologique » avec :

  • Dominique Marion (Président de la FNAB)
  • Jacques Maret (Paysan, F. Sciences Citoyennes)
  • Un représentant de la Ligue de l’Enseignement Poitou-Ch. (à confirmer)

Cinéma Utopia

5 avenue du docteur Pezet, 34090 MONTPELLIER

Plan d’accès

Tarif normal : 3€50

10h30 – Tous Cobayes ? Jean-Paul Jaud, 2012, 120 min

De 2009 à 2011, et dans le secret le plus absolu, le Professeur Gilles-Eric Séralini a mené une expérience aux conséquences insoupçonnables, au sein du CRIIGEN (Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le génie Génétique). Il s’agit de la plus complète et de la plus longue étude de consommation d’un OGM* agricole avec le pesticide Roundup faite sur des rats de laboratoire et les conclusions qui vont en être tirées sont édifiantes… Après le terrible accident de Tchernobyl en avril 1986, l’invisible poison nucléaire a resurgit avec l’explosion de la centrale de Fukushima en mars 2011 faisant des dégâts matériels, humains et écologiques innommables. OGM, Nucléaire : L’Homme s’est approprié ces technologies sans faire de tests sanitaires ni environnementaux approfondis alors que la contamination irréversible du vivant est réelle. Serions-nous tous des cobayes? *Le Maïs NK 603 de Monsanto, cultivé sur 80% du sol américain, importé en Europe avec le pesticide Roundup

12h30 – Débat avec :

  • Fabrice Nicolino (Journaliste, auteur de « L’escroquerie nucléaire)

Cinéma La Clef

21 rue de la Clef, 75005 Paris

M° censier Daubenton

Libre participation aux frais

20h00 – Fabriquer le vivant Laetitia Ohnona et Olivier Julien, 2011, 52 min

Depuis une dizaine d’années, la biologie de synthèse donne vie à de nouveaux organismes créés de toutes pièces. Entre recherche fondamentale et applications concrètes, chercheurs et étudiants ingénieurs nous dévoilent ce nouveau continent de la science né de la convergence des progrès de plusieurs disciplines comme le génie génétique ou l’automatisation des procédures. La biologie de synthèse permet de reproduire des séquences ADN connues afin de créer des formes de vie nouvelles et artificielles. Dès lors, ses applications sont impressionnantes notamment dans les domaines de la santé (médicament contre le paludisme) et de l’énergie (bactérie productrice d’hydrocarbures). Chaque année, le concours IGEM implique un nombre croissant d’étudiants venus du monde entier pour participer à une compétition de biologie synthétique… avec, parfois, des propositions étonnantes. Cette révolution suscite également des vocations en dehors même des laboratoires. Dans de simples garages ou des hangars, les « biohackers » profitent des informations et produits disponibles sur internet pour développer des projets en dehors du contrôle des grandes structures du secteur. L’inquiétude générée par l’accès généralisé à la possibilité de « bricoler » des organismes vivants est bien réelle. Par ailleurs, la biologie synthétique pourrait avoir des impacts négatifs sur le mode de subsistance des paysans africains et asiatiques en modifiant leurs matières premières. Certains experts se demandent si l’homme prendra la main sur l’évolution naturelle des espèces. Quelles seront alors les conséquences pour les écosystèmes les plus fragiles et l’équilibre naturel des espèces vivantes déjà existantes ? Ceci implique que les les chercheurs doivent s’engager dans une réflexion non seulement scientifique mais également éthique.

20h55 – Débat sur la biologie synthétique avec :

  • Catherine Bourgain (Généticienne, F. Sciences Citoyennes)
  • Pierre-Benoit Joly (Sociologue, INRA)

Cinéma La Clef

21 rue de la Clef, 75005 Paris

M° censier Daubenton

Libre participation aux frais

20h00 – Tous Cobayes ? Jean-Paul Jaud, 2012, 120 min

De 2009 à 2011, et dans le secret le plus absolu, le Professeur Gilles-Eric Séralini a mené une expérience aux conséquences insoupçonnables, au sein du CRIIGEN (Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le génie Génétique). Il s’agit de la plus complète et de la plus longue étude de consommation d’un OGM* agricole avec le pesticide Roundup faite sur des rats de laboratoire et les conclusions qui vont en être tirées sont édifiantes… Après le terrible accident de Tchernobyl en avril 1986, l’invisible poison nucléaire a resurgit avec l’explosion de la centrale de Fukushima en mars 2011 faisant des dégâts matériels, humains et écologiques innommables. OGM, Nucléaire : L’Homme s’est approprié ces technologies sans faire de tests sanitaires ni environnementaux approfondis alors que la contamination irréversible du vivant est réelle. Serions-nous tous des cobayes? *Le Maïs NK 603 de Monsanto, cultivé sur 80% du sol américain, importé en Europe avec le pesticide Roundup

22h00 – Débat sur l’ »affaire Séralini » avec :

  • Christian Vélot (Généticien moléculaire, F. Sciences Citoyennes)

Cinéma La Clef

21 rue de la Clef, 75005 Paris

M° censier Daubenton

Libre participation aux frais

20h00 – Maladies à vendre Anne Georget et Mikkel Borch-Jacobsen, 2011, 52 min

Jusque dans les années 70, l’industrie pharmaceutique créait des médicaments pour guérir des maladies. Depuis, pour répondre à l’obligation d’un retour sur investissement immédiat, l’industrie pharmaceutique en vient à créer des maladies pour vendre des médicaments. Du cholestérol trop élevé à la dysfonction érectile en passant par la dépression et le trouble bipolaire, « Maladies à vendre » démonte les stratégies mises en oeuvre par l’industrie pharmaceutique, avec la complicité plus ou moins passive des experts médicaux et des autorités de santé, pour tous nous transformer en malades, c’est-à-dire en consommateurs de médicaments. Cette promotion de maladies, appelée « condition branding » par les spécialistes, est en passe de changer la médecine moderne en une vaste entreprise de marketing où la science est mise au service de l’industrie et non plus des patients./p>

20h55 – Débat « Comment l’industrie pharmaceutique fabrique des malades… » avec :

  • Elena Pasca (F. Sciences Citoyennes)
  • Dominique Dupagne (Médecin généraliste, atoute.org)

Casino

76450 SAINT-VALERY-EN-CAUX

Tarif normal : 2€

20h00 – The Constant gardener Fernando Meirelles, 2005, 129 min

Diplomate anglais déployé au Kenya, Justin Quayle apprend la mort de sa femme, Tessa, assassinée sur les bords du lac Turkana. Le médecin anglais qui l’accompagnait ayant disparu, les soupçons se portent sur lui. Justin n’est pas convaincu par cette hypothèse et tente de percer le mystère de l’assassinat de sa femme. Il découvre que sa femme a écrit un rapport compromettant sur les laboratoires pharmaceutiques qui testaient sur des patients une molécule traitant la tuberculose.

22h10 – Débat sur la question des expérimentations scientifiques avec :

  • Dominique Cellier (Biostatisticien, F. Sciences Citoyennes, CRIIGEN)

Cinéma Le Vauban

10 Boulevard de La Tour d’Auvergne, 35400 Saint-Malo

Plan d’accès

Tarif normal : 7,70€ ; tarif réduit à partir de 4,50€

17h30 – Into eternity Michael Madsen, 2010, 75 min

Le chantier d’un sanctuaire conçu pour durer cent mille ans. Creusée dans le nord de la Finlande, à Onkalo, cette gigantesque grotte abritera des déchets nucléaires. S’adressant aux générations futures, ce documentaire en forme de film de science-fiction montre ces travaux gigantesques – cinq kilomètres de galeries plongeant 500 mètres sous terre – et pose la problématique de l’élimination des déchets radioactifs sous l’angle de la temporalité. Impliquant une responsabilité millénaire, celle-ci nous oblige à adopter une autre échelle de durée.

18h45 – Débat sur les enjeux du nucléaire, aujourd’hui et demain avec :

  • Alain Dubois (Biologiste, F. Sciences Citoyennes)

Espace du Fresne

49170 Savennières

Libre participation aux frais – Pot offert après le débat

20h30 – Cultivons la terre Honorine Perino, 2008, 90 min

En prenant comme fil directeur la présentation des OGM agricoles actuellement sur le marché – des plantes transgéniques tolérant des herbicides et des plantes insecticides – ce film est un foisonnement de propositions alternatives, très concrètes et opérationnelles dans lesquelles chaque agriculteur peut se reconnaître. Ce sont des pratiques agricoles améliorées par la recherche scientifique, ou des innovations faites par des agriculteurs dans leurs champs. La lutte biologique, la sélection participative, le respect de la vie des sols, l’autonomie alimentaire des élevages, les circuits courts de commercialisation, sont autant de stratégies d’avenir. Agriculteurs et chercheurs s’allient pour illustrer et crédibiliser une vision nouvelle de l’agriculture où le progrès ne se situe plus dans une logique d’industrialisation, mais bien dans une approche sensible du monde vivant.

22h00 – Débat « quelle formation pour les étudiants en agro ? » avec :

  • Yann Tricault (Ecologue, Agrocampus ouest)
  • Claudia Neubauer (Directrice de la F. Sciences Citoyennes)
  • Thierry Mercier (Paysan, vice-président ITAB)
  • Adeline François (Jeune diplômée en agro)

Cinémas Studio

2 rue des Ursulines 37000 TOURS

Plan d’accès

Entrée 4€ (abonnés : 3€)

20h00 – La grande invasion Stéphane Horel, 2010, 52 min

A notre insu, des milliers de substances chimiques partagent notre vie quotidienne. Des scientifiques s’inquiètent aujourd’hui de leur impact sur la santé humaine : leurs témoignages sont au cœur de ce film à la forme originale qui utilise des images d’animation et des publicités détournées pour traiter, avec clarté et humour, une question, qui touche à l’organisation de nos sociétés. Une enquête proposée dans la case « L’Empire des sciences ».

21h00 – Débat sur l’alimentation et la santé avec :

  • André Lefranc (Réseau Environnement-Santé)

Cinémas Studio

2 rue des Ursulines 37000 TOURS

Plan d’accès

Entrée 4€ (abonnés : 3€)

20h00 – Les médicamenteurs Stéphane Horel, Brigitte Rossigneux, Annick Redolfi, 2008, 52 min

Le médicament : enfin un domaine où personne ne détrônera la France. Les Français sont-ils vraiment plus malades que le reste de l’humanité ? Ou bien y a-t-il d’autres explications à cette boulimie ? En mêlant interviews de fond et séquences d’animation en pâte à modeler, ce documentaire embarque les téléspectateurs dans le parcours du médicament au sein du système de santé français. Matérialisée par le décor d’une ville médicament, Pharmacity, cette promenade guidée ne néglige aucune étape. Des essais cliniques à la mise sur le marché, de l’évaluation thérapeutique à la fixation du prix, du matraquage marketing aux effets secondaires subis – en bout de chaîne – par les patients, les pouvoirs publics et l’industrie pharmaceutique y sont questionnés sans détours sur leurs responsabilités.

21h00 – Débat  » A qui appartient la santé des Français ? Scandales sanitaires… Recherches en panne ?  » avec :

  • Elena Pasca (Philosophe, F. Sciences Citoyennes)

Cinéma Le Hublot

5 avenue de Grenoble, 05300 Laragne

Tarif : 6€

14h00 – Téléphonie mobile, sommes-nous tous des cobayes Joaquina Ferreira, 2005, 52 min

documentaire indépendant, qui dénonce la nocivité de la téléphonie mobile, désormais visible et téléchargeable sur Internet. Les riverains d’antennes relais se plaignent, eux, de divers maux et nuisances : dysfonctionnement des appareils électromagnétiques, insomnies, maux de tête, vertiges, troubles cutanés, crises d’épilepsie, problèmes de mémoire… Et plus grave : cancers et tumeurs, leucémies, maladies du système nerveux. Pourtant, industriels et autorités publiques clament en choeur qu’il n’y a pas lieu d’appliquer le fameux « principe de précaution ».

14h55 – Débat avec des collégiens sur les techniques de communication avec :

  • Sarah Dubernet (infirmière au centre de rétention des Baumettes (Marseille))

19h30 – Mauvaises ondes Sophie Le gall, 2011, 83 min

Des millions de Français téléphonent aujourd’hui à l’aide d’un portable. Cette nouvelle mobilité, malgré ses aspects pratiques, s’appuie sur une technologie de micro-ondes nocives. Les industriels s’en défendent, et brouillent les pistes. L’Etat s’inquiète, de temps en temps. Mais ni les uns ni les autres ne s’empressent de faire la lumière sur les dangers réels des ondes de portable et des antennes qui les relaient. Et quand les chercheurs indépendants s’en mêlent, leurs études sont mystérieusement discréditées. Enquête sur ses mauvaises ondes qui nous entourent.

20h55 – Débat « Les ondes électromagnétiques – Un choix délicat. » avec :

  • Pierre Sabouroux (Physicien, Univ Aix-Marseille)

Cinéma

76980 Veules-les-roses

Tarif normal : 5€

20h00 – Le déjeuner sur l’herbe Jean Renoir, 1959, 93 min

Le professeur Alexis est un fringant biologiste, apôtre de la fécondation artificielle grâce à laquelle il veut améliorer la race humaine. Un projet de mariage arrangé avec une responsable allemande de mouvements de jeunesse doit propulser sa candidature à la présidence de l’Europe. Seulement, au cours d’un pique-nique en pleine nature, il fait la connaissance de Nénette, une fille de la campagne, qui se met à sa disposition comme sujet d’expériences puisque, justement, elle n’est pas tellement portée sur les hommes.

21h40 – Débat sur la question de l’amour face à la procréation

Cinéma Le Mélies

Centre commercial du Triolo, rue Traversière, 59650 Villeneuve d’Ascq

Plan d’accès

Tarif normal : 5,50€

20h00 – Tous Cobayes ? Jean-Paul Jaud, 2012, 120 min

De 2009 à 2011, et dans le secret le plus absolu, le Professeur Gilles-Eric Séralini a mené une expérience aux conséquences insoupçonnables, au sein du CRIIGEN (Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le génie Génétique). Il s’agit de la plus complète et de la plus longue étude de consommation d’un OGM* agricole avec le pesticide Roundup faite sur des rats de laboratoire et les conclusions qui vont en être tirées sont édifiantes… Après le terrible accident de Tchernobyl en avril 1986, l’invisible poison nucléaire a resurgit avec l’explosion de la centrale de Fukushima en mars 2011 faisant des dégâts matériels, humains et écologiques innommables. OGM, Nucléaire : L’Homme s’est approprié ces technologies sans faire de tests sanitaires ni environnementaux approfondis alors que la contamination irréversible du vivant est réelle. Serions-nous tous des cobayes? *Le Maïs NK 603 de Monsanto, cultivé sur 80% du sol américain, importé en Europe avec le pesticide Roundup

22h00 – Débat sur l’ »affaire Séralini » avec :

  • Bertrand Boquet (Physicien, F. Sciences Citoyennes)
  • Jean Gadrey (Economiste, ATTAC)

Cinéma Le Mélies

Centre commercial du Triolo, rue Traversière, 59650 Villeneuve d’Ascq

Plan d’accès

Tarif normal : 5,50€

20h00 – Fabriquer le vivant Laetitia Ohnona et Olivier Julien, 2011, 52 min

Depuis une dizaine d’années, la biologie de synthèse donne vie à de nouveaux organismes créés de toutes pièces. Entre recherche fondamentale et applications concrètes, chercheurs et étudiants ingénieurs nous dévoilent ce nouveau continent de la science né de la convergence des progrès de plusieurs disciplines comme le génie génétique ou l’automatisation des procédures. La biologie de synthèse permet de reproduire des séquences ADN connues afin de créer des formes de vie nouvelles et artificielles. Dès lors, ses applications sont impressionnantes notamment dans les domaines de la santé (médicament contre le paludisme) et de l’énergie (bactérie productrice d’hydrocarbures). Chaque année, le concours IGEM implique un nombre croissant d’étudiants venus du monde entier pour participer à une compétition de biologie synthétique… avec, parfois, des propositions étonnantes. Cette révolution suscite également des vocations en dehors même des laboratoires. Dans de simples garages ou des hangars, les « biohackers » profitent des informations et produits disponibles sur internet pour développer des projets en dehors du contrôle des grandes structures du secteur. L’inquiétude générée par l’accès généralisé à la possibilité de « bricoler » des organismes vivants est bien réelle. Par ailleurs, la biologie synthétique pourrait avoir des impacts négatifs sur le mode de subsistance des paysans africains et asiatiques en modifiant leurs matières premières. Certains experts se demandent si l’homme prendra la main sur l’évolution naturelle des espèces. Quelles seront alors les conséquences pour les écosystèmes les plus fragiles et l’équilibre naturel des espèces vivantes déjà existantes ? Ceci implique que les les chercheurs doivent s’engager dans une réflexion non seulement scientifique mais également éthique.

20h55 – Débat sur la biologie synthétique avec :

  • Catherine Bourgain (Généticienne, F. Sciences Citoyennes)

Pour consulter le programme des éditions précédentes :

1re édition des Sciences en bobines
2e édition des Sciences en bobines
3e édition des Sciences en bobines
4e édition des Sciences en bobines
5e édition des Sciences en bobines
6e édition des Sciences en bobines
7e édition des Sciences en bobines